La réception du cinéma espagnol en France entre deux siècles

21 janvier 2021 // 20h

La réception du cinéma espagnol en France entre deux siècles

Durant de nombreuses années, hors des frontières de la Péninsule, on ne connaissait guère du cinéma espagnol que les noms de Luis Buñuel,  Luis García Berlanga, Juan Antonio Bardem ou Carlos Saura… quand survint le phénomène Pedro Almodóvar, l’enfant terrible de la movida, vite perçu comme une incarnation du renouveau espagnol. Puis sont apparus Fernando Trueba, Bigas Luna, Julio Medem, Alejandro Amenábar, Alex de la Iglesia, Isabel Coixet, Iciar Bollain, Fernando León de Aranoa… Sur nos écrans, les visages de Marisa Paredes, Carmen Maura, Victoria Abril, Penélope Cruz, Sergi López ou Javier Bardem ont donné de l’Espagne une image tour à tour dramatique et drôle, mutine et séduisante. Certes, parler d’un véritable engouement pour le cinéma transpyrénéen serait sans doute excessif, mais, de festivals en rétrospectives, d’oscars hollywoodiens en récompenses cannoises, une évidence s’est peu à peu imposée : le cinéma espagnol, depuis les années 1990 est devenu incontournable pour une partie sans cesse croissante du public et de la critique cinématographique française.

Nous reviendrons, le temps de notre conférence, sur les raisons de ces changements qui se sont produits en France en matière de diffusion et de distribution du 7e art espagnol.

 

Conférence de Pilar Martínez-Vasseur.

Professeur émérite à l’Université de Nantes en Histoire et Civilisation de l’Espagne contemporaine, membre du CRINI, (Centre de Recherche sur les Identités, les Nations et l’Interculturalité). Parallèlement à ses recherches sur l’Histoire politique de l’Espagne aux XIXe, XXe et XXIe siècles, elle s’est consacrée à l’étude de l’histoire culturelle de l’Espagne, (essentiellement le cinéma). Elle a publié, par ailleurs, de nombreux travaux sur les questions de genre et de parité. Elle est codirectrice du Festival du cinéma espagnol de Nantes.

 

Infos pratiques :

Salle Jules Vallès (Médiathèque Jacques Demy) – 24 quai de la Fosse, Nantes

Adhérents & étudiants (hors Univ. Permanente) : gratuit sur présentation de leur carte / Non-adhérents : 3€

Conférence L’Espagne et sa bande-dessinée

Jeudi 9 avril 2020 // 20h

Salle Jules Vallès (Médiathèque Jacques Demy) – 24 quai de la Fosse, Nantes

Cette conférence propose une plongée dans l’histoire de la bande dessinée et du roman graphique espagnols (XXe-XXIe) afin de mieux comprendre la singularité et l’originalité de la production actuelle. Elle dégagera les principaux facteurs historiques, sociologiques et esthétiques qui ont déterminé les grandes évolutions et inflexions de cette histoire. Elle s’appuiera sur une sélection d’œuvres graphiques et de numéros de revues représentatifs de périodes charnières (années 20, l’après-guerre, la période de la transition démocratique, les années 2000). Enfin, il s’agira de situer la bande dessinée espagnole dans un contexte plus large, afin de démontrer la présence d’un patrimoine et d’une production ibériques à côté des trois grandes industries culturelles franco-belges, américaines et japonaises qui l’ont inspirée.

Par Viviane Alary, professeur des Universités en littérature espagnole à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand

Adhérents & étudiants (hors Univ. Permanente) : gratuit / Non-adhérents : 3€

Conférence : El Greco, source d’inspiration des modernes

Mardi 17 décembre 2019 // 20h

Salle Jules Vallès (Médiathèque Jacques Demy) – 24 quai de la Fosse, Nantes

Né en Crète, Domenico Theotokopoulos s’installe en Espagne dans la décennie 1570, après un long séjour en Italie. Surnommé El Greco, il apporte dans la péninsule ibérique un style teinté de tout ce qu’il a appris à Venise puis à Rome, au contact des œuvres du Titien, de Tintoret et de Michel Ange. Il occupe ainsi une place particulière dans l’histoire de l’art et incarne le passage de la Renaissance au siècle d’or espagnol. Plusieurs siècles plus tard, les peintres des avant-gardes européennes (Picasso, Cézanne, Manet, les expressionnistes allemands, les surréalistes…) redécouvrent son travail qui devient pour eux une incroyable source d’inspiration.

Par Christel Nouviale, historienne de l’art

Adhérents & étudiants (hors Univ. Permanente) : gratuit sur présentation de leur carte / Non-adhérents : 3€

Conférence : L’intégration de l’Espagne dans la Communauté européenne

Conférence
Mardi 14 mai, 20h
Salle Jules Vallès, (Médiathèque Jacques Demy) 24 quai de la Fosse – Nantes
Entrée libre dans la limite des places disponibles

L’Espagne tente de s’intégrer à la dynamique européenne dès les années 60 dans le cadre de l’ouverture économique progressive voulue par le régime franquiste. Mais le maintien de la dictature empêche le pays d’entrer dans la CEE. Il faut attendre la Transition démocratique pour que le gouvernement d’Adolfo Suárez présente la candidature officielle en 1977, comme un symbole du retour de l’Espagne en Europe. 

Pourtant ce n’est qu’en 1985 que le traité d’adhésion est signé, retardé par la crise de l’Europe et les difficultés de la Transition. L’Espagne symbolise pourtant dès la fin des années 80 le renouveau de l’Europe et le succès de son élargissement, devenant l’exemple d’une intégration réussie dans les années 90.

Cette conférence, organisée dans le cadre des Journées de l’Europe, clôturera la saison culturelle 2018-2019 dédiée à la Transition démocratique espagnole.

Par Michel Catala, Professeur des Universités à l’Université de Nantes et directeur de l’Institut d’études européennes et globales Alliance Europa.

Le cinéma espagnol et la Transition démocratique

Conférence
Mardi 19 mars 2019, 20h
Salle Jules Vallès (Médiathèque Jacques Demy), 24 quai de la Fosse – Nantes
Entrée libre dans la limite des places disponibles

La Transition démocratique (1975-1982) ne fut pas sans conséquence pour le monde des arts, en particulier le cinéma. De l’abolition de la censure en 1977 aux premiers films emblématiques de la Movida du jeune Pedro Almodóvar, reflet de son époque, la production cinématographique de la Transition rend compte d’un esprit de liberté recouvrée. Les événements de la Transition continuent aujourd’hui d’intéresser les réalisateurs, qui, par le biais de leur caméra, nous livrent leur regard sur cette époque.

Par Julie Herbreteau, docteure en études hispaniques.

Retrouvez les autres rendez-vous de la saison culturelle 2018-2019 consacrée à la Transition démocratique espagnole ici.

Les mobilisations pour les droits des femmes durant la Transition démocratique (1975-1982)

Conférence
Lundi 3 décembre 2018, 20h
Salle Jules Vallès (Médiathèque Jacques Demy), 24 quai de la Fosse – Nantes
Entrée libre dans la limite des places disponibles

Après trente-six années de dictature franquiste qui érigèrent les Espagnoles en «gardiennes du foyer et des valeurs nationales-catholiques», la Transition démocratique fut le terreau d’une contestation politique et sociale de grande ampleur portée par des voix contre-hégémoniques – le mouvement ouvrier, syndical, étudiant, vecinal et féministe.

Les années de la Transition sont ainsi l’expression d’une contre-culture féministe qui a commencé à émerger à la fin des années 60. Son bouillonnement militant s’est traduit par des mobilisations massives en faveur d’une émancipation juridique des femmes et de la revendication de nouveaux droits (loi sur le divorce et la dépénalisation de l’avortement).

Il est aujourd’hui acquis que le mouvement féministe des années 80 est parvenu à impulser un changement social qui s’est révélé décisif dans l’européisation de l’Espagne. Cependant, l’étude de cette période met à nu les limites de la Transition démocratique. L’adoption de la Constitution de 1978 entièrement rédigé par les « Pères de la Constitution » et les résistances psychologiques, politiques et sociales à l’implantation d’une culture égalitaire réelle dans la société espagnole en sont l’illustration.

Par Karine Bergès, maîtresse de conférences habilitée en histoire contemporaine de l’Espagne à l’Université Paris Seine. Entrée libre.

Retrouvez les autres rendez-vous de la saison culturelle 2018-2019 consacrée à la Transition démocratique espagnole ici.

La Transition espagnole : consensus, ruptures et héritages

 

Conférence
Mercredi 10 octobre, 18h30
Espace Cosmopolis, 18 rue Scribe – Nantes
Entrée libre dans la limite des places disponibles

La mort de Franco en 1975 et l’avènement d’une monarchie parlementaire ont ouvert la voie à une transition démocratique originale, marquée par un pacte politique, une loi d’amnistie et un processus constitutionnel.

Depuis 2015, certains aspects de la Constitution de 1978 sont contestés : la place des régions dans la Nation espagnole ou la forme de l’Etat, et les références des citoyens par comparaison avec leurs aînés de 1975 se sont radicalement modifiées.

Peut-on conclure que cette transition tant vantée a aussi été le temps long d’une introspection collective et permis l’émergence d’acteurs politiques, mouvements sociaux et discours radicalement nouveaux ?

Par Pilar Martínez-Vasseur, professeure d’Histoire et Civilisation de l’Espagne contemporaine à l’Université de Nantes et codirectrice du Festival de cinéma espagnol de NantesConférence en partenariat avec l’espace Cosmopolis, dans le cadre de son événement « Démocratie… » organisé du 17 septembre au 14 octobre.

Retrouvez les autres rendez-vous de la saison culturelle 2018-2019 consacrée à la Transition démocratique espagnole ici.

Revivez la conférence en images : Photos des événements passés